patrimoine immobilier

Diversifier son patrimoine immobilier avec des rendements supérieurs à 10% ?

 

 

Aujourd’hui l’immobilier locatif permet d’obtenir des rendements très importants.

Opter pour la location saisonnière est manifestement la meilleure solution pour avoir un placement à plus de 10%.

Cette activité s’est démocratisée avec l’arrivée depuis quelques années de l’incontournable airbnb. Et la tendance n’est pas prête de s’inverser.

Entre les propriétaires qui veulent payer les factures de leur résidence secondaire, le locataire qui veut arrondir ses fins de mois et l’investisseur qui achète un immeuble entier pour le louer en saisonnier, on trouve de tout sur le marché de la location saisonnière.

1/ Acheter de l’immobilier pour le louer en saisonnier : est-ce compliqué ?

Pas plus que de monter un autre business. C’est d’ailleurs beaucoup plus simple que de faire un blog par exemple.

Comme toute nouvelle activité, il faut bien se renseigner et se former pour réussir son investissement immobilier.

 

Mon conseil : commencer par un petit appartement en hyper centre, tester la formule et en acheter un deuxième pour faire face aux demandes !

Avec une bonne politique commerciale (être sur les bons sites, une annonce percutante et une réactivité sans faille) vous pouvez afficher complet très rapidement.

2/ Est-ce que n’importe quel logement ferait l’affaire ?

Au risque de vous décevoir, je répondrai : non.

Un logement destiné à de la location nue n’est pas nécessairement un bien adapté à la location saisonnière.

L’immobilier saisonnier répond à une clientèle très particulière.

Vous allez accueillir des touristes ou des hommes d’affaires et la qualité du logement et des prestations offertes doivent être maximum. La clientèle est très exigeante.

Il faut également bien choisir son emplacement dans l’immeuble car cette clientèle risque de générer des nuisances pour votre voisinage (arrivée tardive le soir, valise à roulette sur le carrelage…).

Si votre appartement est situé au 5ème étage sans ascenseur, vos voisins risquent de ne pas vous regarder d’un bon œil.

Sans parler des jalousies parce que vous avez monté votre business sur leur lieu d’habitation.

On ne peut pas faire de la location saisonnière n’importe où et n’importe comment.

Par contre, il suffit de respecter quelques règles toutes simples pour que tout se passe bien et ce n’est pas très compliqué.

 

3/ Est-ce qu’il y a des démarches particulières à effectuer auprès de l’administration ?

Oui et là aussi c’est assez simple pour la majorité des villes de province (à Paris, c’est différent).

Il faut déclarer votre location saisonnière en mairie et faire une déclaration d’activité Poi auprès de l’administration fiscale.

Pour plus d’information vous pouvez cliquer ici et je vous enverrai gratuitement toutes les informations nécessaires.

 

4/ Est-ce que je vais payer plus d’impôt ?

Pas forcément si vous optez pour le bon régime fiscal.

Par exemple si vous déclarez au réel, vous pouvez déduire de vos charges l’amortissement du bien.

Le saisonnier est encore (mais jusqu’à quand ?) une niche fiscale…

 

En clair, dans la majorité des cas, vous êtes en déficit et vous ne payez pas d’impôts supplémentaires sur les recettes de votre location saisonnière.

5/ Çà a l’air trop beau pour être vrai. Est-ce qu’il y a des inconvénients ?

Tout dépend de ce que vous appelez inconvénients.

On reproche souvent à la location saisonnière d’être chronophage : check in /out, recherche de locataires, ménage.

C’est vrai qu’il faut s’en occuper, on n’a pas un rendement à deux chiffres en restant dans son canapé.

Il existe plein d’astuces pour passer le moins de temps possible sur la gestion courante de votre hébergement.

Comme pour le ménage par exemple. Il ne faut pas choisir un électroménager en Inox dans la cuisine.

L’inox c’est beau dans les catalogues, mais c’est très difficile à nettoyer.

Si on peut éviter de passer 10 minutes à le rendre impeccable entre 2 locataires c’est toujours ça de gagné.

Pour les contrats de location c’est la même chose : une bonne organisation et en 2 minutes le contrat est devant le locataire !

Si vous vous lancez dans cette activité, je vous conseille de tout faire au début pour bien se rendre compte de l’activité.

Puis de déléguer à une agence ou une entreprise de conciergerie pour passer à un mode plus automatique si vous le souhaitez.

Gardez quand même la recherche des locataires pour alimenter votre hébergement.

Personne ne sera aussi motivé que vous pour remplir votre carnet de réservation.

 

 

Article rédigé par Emmanuel

 

Emmanuel s’est lancé dans la location saisonnière en 2008.

Il affiche aujourd’hui un taux d’occupation de 93% sur les 9 premiers mois de 2015 et un CA de 10 728 € pour 2014 soit un rendement brut de 10.72 %.

Il loue une petite maison sans prétention qui n’est pas en hyper centre d’une ville attractive et qui n’a pas vue sur mer.

 

Emmanuel est le créateur de la méthode « lancez-vous dans la location saisonnière et gagnez plus » pour investir en toute sécurité dans l’immobilier saisonnier.

Il accompagne des investisseurs à se créer un complément de revenu ou en faire un véritable business.

gratuitement